Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Ain Témouchent/Zones humides/Oiseaux migrateurs, espèces protégées

Date de création: 02-02-2022 20:00
Dernière mise à jour: 02-02-2022 20:00
Lu: 153 fois


ENVIRONNEMENT- RÉGION- AIN TEMOUCHENT/ZONES HUMIDES / OISEAUX MIGRATEURS, ESPÈCES RECENSÉES

© Liberté, M.Laradj, mercredi 2 février 2022

 

Quatre  nouvelles  espèces  d’oiseaux  ont  été  découvertes  dans  la région, lors du  dernier  recensement  de  janvier  dernier (2022) , auquel  ont  participé plusieurs acteurs issus de différents domaines d’acitivité

La Conservation des forêts de la  wilaya  de  Aïn  Témouchent a lancé tout récemment une opération d’envergure portant sur le recensement hivernal pour cette année 2022 des espèces d’oiseaux nautiques migrateurs en coordination  avec  le parc national  de Tlemcen et  la participation  des associations écologiques  de  protection  de  l’environnement  à  l’image de l’association Echourrouk

Cette opération, qui a permis de recenser pas moins de 5200 oiseaux sur les 31 espèces, a englobé huit zones dont une station d’épuration, certains barrages et des zones humides. Selon Mme Sebaâ Kheira, cheffe de bureau de la chasse et des espèces protégées auprès de la conservation, cette opération s’est déroulée en deux journées, les 25 et 26 janvier.

Le résultat du recensement a été qualifié de très intéressant pour la wilaya. “Nous avons visité les stations d’épuration (Step) de Hassi El-Ghella, d’El-Amria, Aïn El-Arba et la station de Dzioua qui est un cratère naturel d’une capacité de stockage d’eau potable de 13 millions de m3, grâce à la collaboration des responsables de l’Office national de l’assainissement (ONA), de la Société de l’eau et de l’assainissement d’Oran (Seor), qui nous ont aidé à accomplir notre travail en toute aisance”, a-t-elle souligné.

Le travail  a  été  étendu  vers  les  zones  naturelles  et d’autres installations comme le petit barrage d’Oued El-Ghassoul dans la localité de Tamzoura, le lac Mouilha de M’saâda ou Berket l’Emsaâda (El-Malah), et les zones humides de Ouled Benallel, Douaïma (Hammam Bou-Hadjar) et Laâraïba (Aïn El-Arba). 

Ce sont au total huit  zones  qui ont été visitées lors de ces deux journées par l’équipe de prospection des oiseaux nautiques migrateurs. Ce qui a permis de découvrir quatre nouvelles espèces d’oiseaux migrateurs. 

À l’image d’une nouvelle espèce de canards à large bec plat et bleu à la queue rigide du nom de Erismature à tête blanche, le fuligule milouin, une race de canards plongeurs qui cherchent leur nourriture (végétaux aquatiques) au fond de l'étang ou du plan d'eau, le Nyroca l’un des canards les plus rares, le Tadorne de Belon, une espèce d'oiseaux appartenant à la famille des anatidés. 

En plus du très connu Flamant  rose, la Grue  cendrée  et d’autres nouvelles espèces pour la wilaya découvertes pour la  première fois  dans cette région comme la Statue blanche à travers ses deux  espèces de canards plongeurs dont le Grèbe huppé une espèce d’oiseaux aquatiques qui sont d’excellents plongeurs et le grand Cormoran une espèce d'oiseaux aquatiques piscivores.

Rappelons  que  lors  de  la  célébration  de  la  Journée  mondiale  de  la biodiversité, la direction de l’environnement de la wilaya de Aïn Témouchent a organisé une sortie au niveau de la zone humide du nom de Mouilha, située au douar M’saâda dans la commune d’El-Malah avec pour objectif d’inculquer la culture écologique aux futures générations, en plus du fait de valoriser les zones humides et leur permettre de faire valoir leur rôle quant à l’équilibre écologique. 

Ce travail était mené en coordination avec les partenaires traditionnels de la direction de l’environnement. Le choix de cette zone humide répond à une volonté de la classer et la protéger en raison de sa biodiversité, à l’instar de la zone humide de Douaïma dans la commune de Hammam Bou-Hadjar qui a bénéficié d’un projet similaire. 

Il va sans dire que la wilaya  de  Aïn Témouchent fait  partie  des  régions écologiques les plus riches grâce à ses ressources animales et végétales étant donné qu’elle recense plus d’une quarantaine d’espèces d’oiseaux protégés et 33 espèces d’oiseaux non protégés, en plus du grand nombre d’espèces végétales protégées à l’instar des arbustes de pin d’Alep qui représente 80% de l’ensemble des espèces d’arbustes, du fait qu’elle dispose de pas moins de 18 zones humides classées au niveau national et de l’île de Rachgoun classée mondialement dans le cadre de la convention Ramsar qui attire un grand nombre d’espèces d’oiseaux migratoires venant de tous les coins du monde sachant qu’une seule espèce représente 10 000 unités.