Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Roman Salima Mimoune- "La pieuvre"

Date de création: 03-11-2021 19:38
Dernière mise à jour: 03-11-2021 19:38
Lu: 87 fois


VIE POLITIQUE- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ROMAN SALIMA MIMOUNE- « LA PIEUVRE »

La Pieuvre. Roman de Salima Mimoune. Editions Les Presses du Chélif, Chlef, 2021.149 pages, ????dinars

 

Un roman inspiré d’une histoire réelle, nous dit-on. On peut les croire tant il est vrai que ,durant la période décrite, l’histoire s’est retrouvée répétée mille et une fois dans la plupart de nos villes et villages……juste avant puis après 1988 et durant les années 2000. Aujourd’hui encore, il y a  de mauvais “restes ». La vie en société s’est donc retrouvée peu à peu , insidieusement, puis brutalement, « contrôlée » par des individus, seuls ou en groupes,  qui s’étaient arrogés le droit de décider de la façon de penser et de vivre des jeunes d’abord (au niveau des écoles et des établissements scolaires) puis des moins jeunes (dans la rue, dans les mosquées) .La brutalité verbale et les menaces  furent suivies par l’agression physique puis par l’assassinat.

 Dans le village de notre héroïne, la bête immonde, une véritable pieuvre intolérante et assassine, a commencé à étaler ses tentacules un peu partout ,mais tout d’abord à l’école avec la complicité de certains enseignants (importés) , aidés en cela par les « voyous » du coin en recherche de « rédemption » ou seulement de « coups » à faire. Premières cibles, les femmes !Frustrations quand tu nous tiens !  Ils traquent Yousra et Yanis deux jeunes lycéens qui découvraient les prémisses de l’amour ….allant jusqu’à tenter de les assassiner.Ils échapperont de justesse à l’attentat ….mais leur jeune enseignant « coupable »  de les comprendre et de les aider à progresser grâce à la science et à l’art…..est égorgé.Le cauchemar de la décennie rouge allait commencer. «Les mercenaires vont multiplier les alliances et tenter d’imposer leurs lois.  Le pays ne fonctionnera plus alors que sous le règne des rapaces et des charlatans.Leurs attaques continueront à être dirigées en premier lieu contre les femmes et les porteurs d’espoir » .Une seule issue ? Partir ? Ou, continuer la résistance….comme le fait déjà la moudjahid Hedda ?

 

L’Auteure :Née à Taher (Jijel), diplômée en Sciences économiques.Déjà deux romans, « Les Ombres  et  L’Echappée belle », « Le Bal des mensonges ».

Extraits « L e petit fait-divers prend l’allure d’un scandale et fait l’objet de palabres (…).C’est qu’on y brode fort !La rumeur y est reine ! La condamnation souveraine.Il faut l’appliquer même en l’absence de faute » (p23), « Nous vivons des moments de grande crise, une période à même d’ébranler la société .De quoi rêvent ces contrevents de voiles d’avenir ?D’un futur unisexe, unijambiste, où l’espace est exclusivement occupé par l’homme ? De quoi la société accouchera-t-elle dans les années à venir ?Jusqu’où iront ces imposteurs ? Est-ce que le pays s’en relèvera ? » (p122)

 

Avis :Un récit de vie (s) plus qu’un roman. Ecrit avec sincérité, un style incandescent, sans détour, poétique aussi…et révolte contenue contre le grand, le terrifiant drame que le pays allait connaître.

Citations : « Malheureusement, les temps changent (…).Une camelote planquée sous de fausses raisons religieuses tente aujourd’hui d’exclure l’intelligence et toutes les forces qui œuvrent pour l’émancipation et le progrès ;l’ignorance crasse veut s’ériger en modèle de vertu, imposer son bazar dans les affaires de la cité, aux femmes, aux hommes et aux enfants aussi »(p 33), « On ne répond pas par la répression à un peuple qui réclame ses droits sans s’exposer à sa colère ni on ne blesse une adolescente sans risquer d’amplifier sa révolte » (p89)