Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Roman Leila Hamoutène- "Le seuil du moment"

Date de création: 03-11-2021 19:35
Dernière mise à jour: 03-11-2021 19:35
Lu: 86 fois


VIE POLITIQUE- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ROMAN LEILA HAMOUTENE- « LE SEUIL DU MOMENT »

Le seuil du moment.Roman de Leila Hamoutene. Casbah Editions, 171 pages, 750 dinars

 

Plusieurs personnages, plusieurs vies, à travers l’histoire de Warda. Résidant en plein centre -ville (Alger), elle voit , de sa fenêtre, se dérouler les manifestations populaires et pacifiques du Hirak . Ayant vécu , dans un quartier populaire, les drames d’une famille instable et partagée (un père aimant mais « lointain », une mère « odieuse », n’ayant d’yeux que pour les  deux frères islamo-terroristes), elle a réussi quand même à réussir ses études grâce à un couple d’enseignants progressistes,  et elle a vu, plus tard,  son époux et des amis ,très chers, assassinés pour leurs idées….  Aujourd’hui journaliste , elle assiste, d’abord de loin, puis de très près, à la naissance d’une nouvelle Algérie à laquelle elle n’y croyait presque plus. Tel Orphée descendant dans les profondeurs de l'enfer pour ramener Eurydice à la vie, l'héroïne du roman s'immerge dans les souvenirs.

D’abord étonnée, puis curieuse et enfin décidée, elle rejoint les manifestatants  et redécouvre d’autres amitiés , d’autres engagements. Tout cela sans oublier les douloureux (et/ou doux ) moments du passé.Dans sa quête de liberté (plus que de bonheur, celui-ci étant parti avec son défunt époux) , elle cherche l’espoir d’un mieux-être, se suffisant souvent du bonheur des autres, plus jeunes, moins « pollués », plus engagés . Encore qu’il lui était très difficile de se débarrasser des traumatismes dus à   la décennie noire……Tout le nœud de la problématique d’une société (en tout cas celle des plus âgés) encore gravement perturbée et encore angoissée à l’idée de « retours de manivelle » qui enfoncent plus qu’ils ne libèrent.

L’Auteure :Auteure de plusieurs ouvrages, romans, recueils de nouvelles et de poésie.Prix Escale littéraire d’Alger (2015) pour son roman , « Le châle de Zeineb ».Elle vit à Alger

Extraits « L’essentiel est le partage, la symbiose, la volonté de changer les choses, la jovialité bon enfant qu’accompagnent pourtant des slogans péremptoires et sans appel » (p 51) , « Une enveloppe sans timbre ni oblitération, une feuille blanche, quelques mots et la mort est à votre porte » (p63) , « Le manque d’amour dont souffre d’une manière générale la société dont l’équilibre doit forcément pâtir de toutes ces insatisfactions et ces souffrances et que tout cela a sûrement joué un rôle dans la tragédie que nous vivons » (p94)

Avis :Un beau roman….inachevé( ?)  , nous laissant sur notre faim . Si ce roman se veut d'abord une fiction, il est ponctué par quelques dates historiques qui nous plongent d'emblée dans la réalité cruelle du passé de l'Algérie avec ses vagues d'attentats et d'assassinats de journalistes et d'intellectuels tous azimuts.  On a l’impression que ce roman se veut surtout  un hommage à ces disparus pour que nul n'oublie.

Citations : « Chez nous, le monde des hommes et celui des femmes sont des univers parallèles qui, tels qu’ils sont définis chez nous, ne devraient pas se rencontrer ; à ce titre, le mariage a l’apparence d’une altération de l’ordre des choses » (p73), « Le Hirak a opéré un télé-portage de la lutte pour l’indépendance à celle pour la démocratie, pour une vie meilleure, comme nous les avions souhaitées et défendues pendant la décennie noire » (p105), « Les intégristes assassinaient les intellectuels, alors les idées se mouraient » (p119), « Ce Hirak, c’est mieux qu’une leçon d’histoire » (p134), « Savoir que tu redonnes l’espoir à des gens qui se sentent moins seuls grâce à toi, c’est enivrant » ( p147), « Avoir peur, trembler pour les siens, lutter contre cette insidieuse fatalité qui s’installait dans les esprits annihilant toute résistance, voir régner la corruption et être impuisant devant sa propagation , ce n’était pas cela vivre » (p151)