Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Revue Insaniyat/Crasc, Oran 2021- "Hirak.Enjeux politiques et dynamiques sociales.Tome II: Discours et acteurs"

Date de création: 24-08-2021 18:37
Dernière mise à jour: 24-08-2021 18:37
Lu: 111 fois


VIE POLITIQUE- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- REVUE INSANIYAT/ CRASC ORAN 2021- « HIRAK.ENJEUX  POLITIQUES ET DYNAMIQUES SOCIALES . TOME II :DISCOURS ET ACTEURS »

 Hirak .Enjeux politiques et dynamiques sociales.Tome 2- Discours et acteurs. Insaniyat, Revue algérienne d’anthropologie et de sciences sociales. Crasc, Oran 2021, 24è année, n° 88, avril-juin  2020, 160 pages (français), 32 pages (arabe), 350 dinars.

Tout d’abord, c’est Amar Mohand-Amer qui   analyse la littérature politique consacrée au discours de réfutation et de déconstruction relatif à la dynamique politique et sociale induite par le mouvement. Liens et accointances avec des puissances , officines ou organismes extérieurs ? Unité et homogénéité dans la durée ? Les deux questions si habituelles à chaque perturbation du paysage politique nationale…depuis 62.

Pour Said Belguidoum, la mobilisation populaire est l’expression d’une profonde fracture au sein de la société entre de larges franges de la population (revendiquant un nouveau contrat social, une nouvelle société) et ses dirigeants (baignant dans un système néo-patrimonial)

La contribution de Aicha Benamar porte, pour sa part, sur la présence des femmes dans le hirak…. « qui semble s’inscrire dans la durée »

Fatma Oussedik rend compte des enjeux historiques, sociaux et démographiques caractérisant la vie publique en Algérie et qui ont conduit au hirak…..Et, la demande d’une reconstruction du récit national à partir de nouveaux paradigmes politiques et sociétaux avec pour fondements les idées de démocratie et de modernité

Karim Ouaras interroge les pratiques langagières  et les discursivités émanant du hirak

Meriem Moussaoui s’appuie sur une approche sociolinguistique pour montrer comment la contestation se révèle à travers des mots appartenant à des langues différentes les unes des autres

 Saphia Arezki, elle aussi, s’intéresse à l’usage des langues mais dans l ’écriture des « post-it » à Alger

 

Les Auteurs : Amar Mohand-Amer, Said Belguidoum, Aicha Benamar, Fatma Oussedik, Karim Ouaras, Meriem Moussaoui, Saphia Arezki

Sommaire :Présentation/ Contester le hirak…./ Hirak et crise du système…../ Le hirak en Algérie : une lecture de la mobilisation féminine/ Le hirak : quelques réflexions sur les enjeux…./Le hirak : les ordres discursifs d’un mouvement en gestation/ Le hirak, la langue en mouvement/ De l’usage des langues dans l’écriture des post-it à Alger/ Comptes rendus de lecture/Lectures croisées/Notes de lecture/ Résumés des articles (en français et en anglais, en arabe)

 

Extraits : « La mobilisation populaire…., de par sa « diversité sociale, culturelle et sexuée » serait également parvenue à transformer et politiser l’espace public, façonner un contre-pouvoir politique et rompre avec l’état de « quiétude agitée », marque de fabrique de l’Algérie sous Abdelaziz Bouteflika » (Mebtoul et Belkaid , cités par Amar Mohand-Amer, p 21), « La phase développementiste   de l’Algérie des années 1970 a permis d’assoir le néo-patrimonialisme. La phase libérale lui permettra de se déployer et de faire naître une oligarchie , bourgeoisie affairiste qui bénéficiera du transfert du monopole de l’Etat sur des secteurs entiers de l’économie » (Said Belguidoum, p36), « L’usage des mots du hirak traduit la configuration réelle du fonctionnement des langues. L’arabe classique pour la référence , cultuelle et culturelle ; darija , la langue du quotidien, .Le français, pour l’usage et le prestige, l’anglais pour la visibilité, le standard et le tamazight pour un usage plus limité aux régions berbérophones. Cette pluralité des voix permet aux hirakistes de briser le silence et à la société de s’exprimer , de se dire dans une langue qui est la leur » (Meriem Moussaoui, p 116)

Avis :Une expérience éditoriale originale qui a montré et démontré que le mouvement du 22 février est un véritable processus en flux continu…..bien que la pandémie de la Covid 19 ait réduit relativement son action. Une expérience à élargir et à appliquer aux autres centres de recherche et aux autres revues…ainsi qu’à d’autres thèmes.

Citations : « Président omnipotent et omniprésent, très bon orateur, doté d’un fort charisme, Bouteflika se voudra comme monarque et , à ce titre, s’identifiera à l’Algérie »  (Said Belguidoum, p 33), « C’est par l’action que la femme manifeste dans le hirak ce qui lui est spécifique : son être politique. Il y a action dans l’acte de prendre la parole sur la place publique, et il y a action dans le fait d’agir ou de poser des actes en présence des autres » (Aicha Benamar, p 57), « Le hirak s’est pensé comme un « moment de la Nation » .Les manifestants ont inscrit leur combat dans un récit national en ayant recours à des figures emblématiques de la Guerre de libération nationale (….).C’est un choix clair et assumé d’un récit national aux antipodes de l’histoire officielle, commémorative et désincarnée » (Fatma Oussedik, p 75),