Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Essai Amer Ouali- "Le coup d'éclat.De la naissance du Fis....."

Date de création: 14-07-2021 17:05
Dernière mise à jour: 14-07-2021 17:05
Lu: 147 fois


VIE POLITIQUE- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ESSAI AMER OUALI- “LE COUP D’ÉCLAT. DE LA NAISSANCE DU FIS….”

Le coup d’éclat.De la naissance du Fis aux législatives avortées de 1991 (Préface de Mustapha Hammouche). Essai de Amer Ouali. Editions Frantz Fanon, Boumerdès, 2021, 279 pages, 800 dinars

 

Comment a été créé (et par qui a-t-il été agréé ….alors que la loi du 5 juillet 1989 sur les Acp interdisait expressement la création de partis sur une base exclusivement confessionnelle.Kasdi Merbah , Belkaid et Belkheir ? Chadli écoutant Mehri ?) le Fis ? Ses objectifs (avoués et déclarés et/ou cachés) ? Les voies et moyens de leur  mise en œuvre ? La violence, option tactique ou ligne stratégique ? Ses dirigeants…et leur vision de la responsabilité politique ? Leurs points de convergence et de divergence ?La paix civile menacée  et la pérennité de l’Etat algérien en danger  ? Chadli Bendjedid et sa démission ? La dissolution du Fis ? Le terrorisme islamiste ? etc…..Une foule de questions auxquelles le journaliste de terrain  tente de répondre, ou au moins d’apporter, grâce aux faits collectés (avec le souci d’exactitude et la presque complétude qui font le bon   journaliste d’agence) les éléments d’analyse et d’appréciation des situations. Pas facile tant il est vrai que faire de la politologie en Algérie, hier (et aujourd’hui aussi) relève  du travail d’Hercule.

Heureusement pour lui, le Fis n’est pas, comme pour beaucoup d’autres observateurs sociaux, dont les envoyés spéciaux de la presse étrangère ou les experts reconnus ou autoproclamés, un « sujet exotique » ou une matière abstraite. Il a connu ses militants de près ……déjà lorsqu’il n’était qu’enseignant(dans un lycée de la petite ville de Bordj Menaiel)  et que collaborateur de journaux nationaux.Il a vu nombre de ses élèves (et des collègues)   se « métamorphoser »  au fur et à mesure que le Fis prenait racine et étendait son influence ……Il fera, aussi , partie , par la suite, de la liste des journalistes « condamnés » à être tués et il écrira , parallèlement, sous pseudonyme dans “Liberté”.

 

L’Auteur : Né à Ait-Saada (Tizi Ouzou) en 1961. Journaliste à Algérie Actualités, Parcours Maghrébins puis  à l’Afp (dont directeur du bureau d’Alger de 2014 à 2017 après en avoir été un des  correspondants de mai 1991 à 2002).A couvert la guerre en Irak en 2004 et en Syrie en 2012. Auteur notamment de « Idir l’éternel » (Koukou éditions ,  2020) co-signé avec Said Kaced (ouvrage déjà présenté in Mediatic)

Table des matières : Préface/Le golem/ « La désobéissance civile » / « Ordre de combat »/ Premiers maquisards/ « Un nouveau typhon »/Les « Afghans »  attaquent/ Un raz de marée/ Le coup d’éclat/ Le Fis échoue à mobiliser la rue / Prêts pour la clandestinité/ Du verbe au fusil/ La tragédie/ « Régression féconde » ?

 

Extraits : « A force de lui avoir seriné que la démocratie est« kofr », la  base du parti n’en a cure du suffrage universel.Pour elle, le pouvoir ne se conquiert pas par la force des arguments et des programmes mais par la menace et la violence » (p141), « 9 février : Ces affrontements réveillent le récent souvenir de début juin 1991.Comme à ce moment-, l’état d’urgence est décrété pour quatre mois renouvelables. Il durera vingt ans » (p217), « La mission (de Ali Haroun, portant la bonne parole diplomatique en Europe,  en février1992 , après l’interruption du processus électoral) se révèlera particulièrement ardue en France prioritairement la gauche fait des islamistes son nouveau prolétariat » (p 225),

Avis :  De l’observation de terrain toujours, de la large        collecte d’informations souvent  et, parfois,  du commentaire de  professionnel d’agence de presse.

Citations « Le Fis a démonétisé la « légitimité révolutionnaire » instrumentalisée jusqu’à l’aversion par le pouvoir et présenté la guerre d’indépendance comme un djihad appelé à être poursuivi jusqu’à l’établissement d’un Etat islamique » (p 220), « L’autorisation illégale de ce parti (Fis) avec l’idée sournoise de lui déléguer un peu de contrôle social et la gestion des « espérances utopiques » de la population, comme le dit Lahouari Addi, aura été la faute originelle, aggravée par l’organisation forcenée d’un scrutin sur la base de sondages erronés .La contradiction a conduit à la confrontation » (p 278)