Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Monde/Coronavirus/Appauvrissement - Dia

Date de création: 21-04-2020 19:12
Dernière mise à jour: 21-04-2020 19:12
Lu: 24 fois


ECONOMIE- OPINIONS ET POINTS DE VUE- MONDE /CORONAVIRUS/APPAUVRISSEMENT- DIA

 

© Amir Hani / www. dia/ 21 avril 2020

 

Les conséquences de la pandémie du Coronavirus s’annoncent calamiteuses pour l’ensemble des pays qui se dirigent inéluctablement vers l’appauvrissement. La chute effroyable des prix du pétrole augure d’un avenir incertain pour l’ensemble des pays, dont les producteurs de pétrole.

Les prix du pétrole sont descendus au-dessous de zéro ce mardi. Le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour livraison en mai, valait -4,72 dollars ce mardi, contre -37,63 dollars à la clôture lundi.

La Bourse du Golfe, y compris la Bourse saoudienne, ont également ouvert en baisse ce mardi, au lendemain de l’effondrement des prix du pétrole américain, en raison de la saturation des stocks et du ralentissement de la demande.

En ce sens, les pays exportateurs du pétrole enregistrent des pertes considérables et voient ainsi leurs revenus chuter de manière dangereuse. La situation financière de pays producteurs de pétrole impactera de manière négative sur l’économie mondiale, dans la mesure où ces pays n’auront pas les mêmes moyens et les mêmes capacités financières pour importer des produits. Cela se répercutera sur les pays exportateurs qui vont enregistrer à leur tour une baisse de leurs revenus et par conséquent un impact sur leurs productions.

En somme, il s’agit d’un cercle vicieux puisque la situation s’apparente à un virus qui infectera l’ensemble des pays. En ce sens, presqu’aucun pays ne sera épargné par cette crise économique et financière qui s’annonce pire que celle de 1929, selon plusieurs experts.

Les pays appauvris n’auront pas cette opportunité de s’endetter auprès du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale car ces deux institutions connaitront, à leur tour, des situations difficiles et n’auront pas de liquidités et de crédits pour les pays appauvris.

A cet effet, chaque pays est appelé à compter sur ses propres capacités en se dirigeant vers l’autosuffisance, sachant que les deux ou trois mois de confinement et d’arrêt de l’économie mondiale va se répercuter sur tous les pays.

C’est la raison pour laquelle le président de la République a annoncé que l’Algérie se dirige vers un nouveau modèle économique qui ne sera pas basé ou bâti sur les recettes des hydrocarbures. Un modèle économique qui doit être bâti sur l’autosuffisance et la relance de la production et l’industrie nationale à même de répondre, dans un premier temps, aux besoins de la population.

En attendant, l’heure est à l’austérité et à la rationalisation des dépenses tout en préservant au maximum les réserves de changes et les stocks disponibles en matière de produits de consommation. La relance de l’économie mondiale et des importations ne sont pas pour demain.